Evaluer l’impact des maladies du bois en 2019

L’eutypiose, l’esca et le Black Dead Arm (BDA) font partie des maladies du bois de la vigne. En 2012, d’après une enquête de la Direction Générale de l’Alimentation (DGAL), plus de 10 % des vignes françaises seraient touchées, entrainant ainsi une perte de récolte importante.

Pourquoi créer un observatoire des maladies du bois ?

 

Le Service Régional de l’Alimentation (SRAL) a mis en place un observatoire en 2015, afin d’avoir un réseau multipartenaire permettant d’évaluer l’impact réel des maladies du bois sur le vignoble. Le but est aussi de voir plus concrètement comment ces maladies évoluent chaque année sur chaque pied atteint, et cela en fonction de critères tels que le cépage, l’âge de la parcelle et les pratiques culturales.

Esca sur cépage rouge

Comment est constitué l’observatoire ?

 

En Gironde, le réseau est constitué par 5 GDON. Avec l’intégration des 35 parcelles du GDON des Bordeaux en 2019, il y a 218 parcelles observées. Les 5 cépages principaux du bordelais (merlot, cabernet franc, cabernet sauvignon, sauvignon blanc et sémillon) sont représentés avec différentes classes d’âges pour une représentativité du vignoble. L’ensemble des résultats des observations des 218 parcelles est ensuite analysé.

Il existe 2 types de protocoles :

  • la méthode « globale » (45 % des parcelles) où pour chaque type d’observation, le nombre total de ceps concernés est noté, sans les localiser précisément dans la parcelle,
  • la méthode « spatiale » (55 % des parcelles) qui consiste à faire un plan en notant chaque emplacement et l’état du cep (absent, sans symptôme, symptômes d’esca, …). Cette méthode permet d’étudier l’évolution de chaque cep année après année.

 

 

 

Localisation des parcelles observées en Gironde

Quels sont les résultats girondins en 2019 ?

 

Pourcentages cumulés d’esca/BDA, d’eutypiose, d’apoplectiques, de morts/manquants et de complants en fonction du cépage en 2019

 

En 2019, 0,3 % des pieds observés expriment des symptômes d’eutypiose et 2,5 % des symptômes d’esca ou de BDA (Black Dead Arm). Nous notons un taux de ceps improductifs (morts, complants, absents) élevé : entre 12,5 et 14 %. A l’échelle de la Gironde, cela correspond à une surface improductive estimée entre 14 000 et 16 000 hectares.

Concernant la sensibilité des cépages, les résultats de 2019 viennent confirmer ceux observés depuis 2015 : les cépages les plus sensibles aux maladies du bois sont le cabernet sauvignon et le sauvignon blanc, et le moins sensible est le merlot. Plus le cépage est sensible, plus le nombre de pieds qui vont réexprimer des symptômes de maladie du bois d’une année sur l’autre est important. Cependant, il n’y a pas de lien statistique entre la mortalité et la sensibilité des cépages aux maladies du bois.

Concernant l’âge des parcelles, l’expression des symptômes augmente avec l’âge pour l’eutypiose, alors que pour l’esca ou le BDA, ce sont les parcelles entre 20 et 30 ans qui expriment le plus.

Concernant les pratiques culturales, celles qui semblent favoriser la présence de maladies du bois sont :

  • le broyage des bois de taille sur place plutôt que l’enlèvement,
  • la pratique d’une pré-taille,
  • l’absence de formation des tailleurs au respect des trajets de sève.

Concernant l’évolution des ceps entre 2018 et 2019 avec la méthode « spatiale » :

  • Sur les 1 216 ceps atteints d’eutypiose et/ou esca/BDA en 2018, ils évoluent ainsi en 2019 : 2 % deviennent apoplectiques (dessèchement rapide de l’ensemble du cep), près de 40 % réexpriment des symptômes, 8 % sont morts ou arrachés et 50 % deviennent asymptomatiques.
  • Pour les ceps apoplectiques en 2018, leur évolution en 2019 montre un rétablissement de près de 60 % et seulement 5 % expriment des maladies du bois (très majoritairement de l’esca/BDA). En revanche, le taux de mortalité est élevé et atteint 35 %.

 

Consulter la synthèse 2019

Quelles perspectives en 2020 ?

 

En 2020, ce sera la 2ème année d’observation des 35 parcelles du GDON des Bordeaux, toutes suivies via la méthode « spatiale ». Nous aurons ainsi les premiers résultats sur l’évolution des ceps entre 2 années d’observation.

Également en 2020, les données observées en Gironde et celles observées en Charente et Charente-Maritime devraient être fusionnées et analysées ensemble afin d’avoir une vision à l’échelle de la Région Nouvelle Aquitaine.